RSS

Archives de Tag: entretien

L’humour en entretien : les plus gros ratés des candidats

Tentatives ratées pour détendre l’atmosphère, gaffes involontaires, plaisanteries de mauvais goût. Voilà le lot quotidien des recruteurs. Trois d’entre eux se souviennent de situations étranges et de remarques qui auraient pu être amusantes… dans d’autres circonstances.
Le décalé
En guise d’argument pour s’excuser de sa fatigue, Cyril Capel ne s’attendait pas à ce qu’un candidat un peu trop audacieux lui rappelle que « c’était la Saint-Valentin hier soir ! »… Read the rest of this entry »
Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le mars 16, 2012 dans Press

 

Étiquettes : , , , , ,

Guide de survie pour manier l’humour en entretien

L’humour dans le cadre d’un entretien d’embauche, pourquoi pas. La plupart des recruteurs sont pour… À condition de faire ça dans les règles. Découvrez ce qu’il faut et ne faut pas faire en entretien.
 
Les traits d’esprit => à faire
Subtilité : voilà la clef du succès. L’humour ne doit pas être amené de façon évidente mais plutôt couler naturellement dans la conversation. Attaquer par « Vous connaissez celle du type qui entre dans un bar… » n’est pas une bonne idée.  Read the rest of this entry »
 
Poster un commentaire

Publié par le mars 16, 2012 dans Press

 

Étiquettes : , , ,

Pourquoi les recruteurs ne rappellent pas ?

5 conseils pour qu’on ne vous oublie pas !

– Avant de quitter le recruteur, demandez-lui bien dans quels délais vous pouvez le rappeler.

– N’hésitez pas à demander son numéro direct ou son adresse mail pour échapper au barrage du secrétariat.

– Dans tous les cas de figure, rédigez un mail concis et enthousiaste dans les trois jours qui suivent votre rencontre, pour remercier le recruteur, résumer qui vous êtes et rappeler votre intérêt pour le poste.

– Si vous apprenez que vous n’avez pas décroché le poste, n’oubliez pas que l’on peut toujours vous rappeler… ultérieurement. Essayez de savoir ce qui vous a manqué pour, éventuellement, rectifier le tir.

– Et quelles que soient les raisons invoquées – si toutefois il y en a – ne soyez pas véhément. Si vous ne pouvez cacher votre déception, rappelez juste combien vous étiez motivé. Et proposez de rester en contact…

via Pourquoi les recruteurs ne rappellent pas ?.

 
Poster un commentaire

Publié par le février 24, 2012 dans Press

 

Étiquettes : , , ,

Si votre dossier n’est pas retenu….

Après tous les efforts que vous avez déployés pour élaborer un dossier de candidature sensé retenir l’attention des recruteurs, la réponse est cinglante : une lettre négative, synonyme souvent de rejet et de point de non retour.

Allez-vous en rester là, vous apitoyer sur vous-même ou en vouloir à ce monde cruel qui ne vous donne pas une chance de montrer votre valeur ? Soyez plus grand que cela : faites-en un challenge personnel et considérez ce rejet comme une opportunité de surmonter les obstacles. Voici quelques conseils pour vous remettre en question de manière saine et constructive.

ImageLorsqu’un refus vous est signifié suite à l’envoi de votre CV (curriculum vitæ), nous vous conseillons de ne pas insister auprès de l’entreprise afin de savoir précisément les raisons de leur décision. À ce stade, aucun lien personnel n’a été créé entre vous et l’entreprise, et solliciter le recruteur pour avoir plus de détails sur le rejet de votre candidature se révélera peu utile. Il vous dira tout au plus que d’autres candidats se rapprochaient plus du poste en question.

LES MESURES QUE VOUS POUVEZ ENTREPRENDRE

Tout d’abord, assurez-vous que votre dossier ne comporte pas d’erreurs notoires :

Y a-t-il des fautes d’orthographe ?
Votre dossier est-il complet (lettre de motivation, CV, éventuellement certificats de travail et diplômes) ?
Est-ce que la chronologie de vos activités précédentes est parfaite ?
Est-ce que vos données personnelles sont complètes (âge, nationalité, permis de travail, coordonnées valides) ?
Faites ensuite valider la qualité de votre CV par une tierce personne : une personne de confiance ou un professionnel en matière de conseils en carrière. Demandez-lui en toute franchise et en toute transparence la raison pour laquelle il vous engagerait au vu de votre dossier, mais surtout les raisons pour lesquelles il ne vous engagerait pas.

Demandez-lui d’évaluer votre CV sur la base :

De sa clarté et de sa lisibilité : quelle impression donne votre CV, de par sa structure et son formatage, son style d’écriture, sa formulation ?
De l’adéquation entre votre candidature et le poste en question: avez-vous été assez percutant dans votre lettre de motivation ? Y a-t-il assez d’éléments et d’aptitudes dans votre CV qui correspondent à ce que requiert le poste ? Est-ce que votre lettre de motivation est suffisamment personnalisée pour le poste et l’entreprise ?
De l’adéquation entre votre personnalité et votre dossier: votre dossier vous ressemble-t-il ? Avez-vous mis suffisamment en avant vos qualités ? Vos objectifs sont-ils clairs ?
Voici quelques conseils qui peuvent vous aider à mieux ajuster votre dossier aux demandes du marché :

N’hésitez pas à demander à vos anciens employeurs (que ce soit lors de stages ou de jobs d’été) de vous écrire une lettre de recommandation, qui est souvent plus personnelle et percutante qu’un certificat de travail.
Investissez du temps à la préparation d’un plan de recherche d’emploi avant de foncer tête baissée. Prenez le temps de réfléchir à ce que vous avez fait et à ce que vous envisagez dans un futur à court ou long terme, afin de donner une meilleure profondeur à votre champ de réflexion. Examinez vos besoins réels pour votre carrière professionnelle et vos vraies motivations avant de vous ruer sur l’action. Vos CV et lettre de motivation seront alors plus en adéquation avec votre profil et par conséquent plus crédibles.
Reprenez les besoins énoncés dans l’annonce qui vous intéressent et incluez-les dans votre CV, si bien sûr vous possédez ces aptitudes. Montrez, de manière concrète, notamment dans la lettre de motivation, comment et dans quelles circonstances vous avez déployé ces aptitudes.

Source :  Success-and-career.ch

 
Poster un commentaire

Publié par le février 15, 2012 dans Press

 

Étiquettes : , , , , , ,

Dire non à une offre d’emploi.

Une mission difficile pour un cadre appelé à expliquer les raisons de cette décision au recruteur ou au chasseur de têtes.

Il arrive qu’un cadre refuse une offre d’emploi. Les raisons sont diverses, soit que l’employeur ait été assez insistant pour le retenir ou que l’offre en question ne répond pas à ses attentes ou encore qu’il ait reçu plusieurs offres et qu’il a choisi celle qui lui paraît la meilleure. En tout état de cause, quelles que soient les origines d’une telle décision, il est souvent difficile d’en informer le recruteur ou le chasseur de têtes. Et souvent c’est un grand dilemme pour les cadres. Alors, comment annoncer le rejet de l’offre ? Quels mots choisir ? Comment justifier ce désistement ?

D’après les experts, il faut garder une bonne relation avec l’entreprise en question pour une éventuelle collaboration. Donc, il serait inutile de s’aventurer à « snober » les responsables de cette structure. Il faudra donc préparer son argumentaire avant d’appeler la personne concernée pour s’excuser tout en gardant une bonne relation.

Il faut aussi garder à l’esprit que les entreprises connaissent les règles du jeu et ont l’habitude d’être confrontées à ce type de situation. De plus, le responsable recrutement ou le cabinet conseil peut comprendre que le candidat ait reçu une meilleure offre plus alléchante que celle qui lui a été proposée, surtout dans un marché de l’emploi qui est de plus en plus compétitif. Les bons profils sont tellement convoités que la chasse de têtes est rude.
De leur côté, les entreprises préfèrent avoir à faire à un candidat qui refuse leur offre d’emploi au lieu d’une période indécise qui pourra faire faux bond, à n’importe quel moment. Dans ce cas, l’honnêteté est un atout majeur. Donc, une bonne déclaration bien préparée à l’avance suffirait pour sauver la mise.

In fine, avant de tomber dans cette situation, un peu délicate, il faut savoir à quoi s’attendre. En effet, avant de répondre à telle ou telle offre, il faut bien cerner ses propres attentes. « Il faudra commencer par savoir ce que vous voulez et le mettre en adéquation avec ce que veut le marché d’emploi. Par la suite, vous devez tailler vos outils, CV et lettre de motivation et les ajuster aux différentes opportunités », conseille Mohamed Benouarrek. « Le dynamisme couplé à l’optimisme forment une formule magique. Il suffit d’y croire… à commencer par croire en vous-même », conclut-il.
————————————-
« Être honnête, sincère et diplomate, des qualités fortement recommandées »

Avis de l’expert • Mohammed Benouarrek, directeur du pôle
Stratégie, Organisation, et Capital humain au sein de PROMAMEC

Comment décliner une offre d’emploi sans heurter le recruteur ?
Contrairement à ce que certains pourraient penser, être dans l’embarras du choix ou bien dans une situation où la personne doit décliner une offre n’est pas une situation désirable. La tâche n’est pas facile. En effet, il s’agit de ne pas tacher son image chez l’entreprise faisant l’offre. Le marché d’emploi est petit. Le monde bouge et tourne à la fois. Avant de pouvoir répondre à cette question, il est primordial de mettre les choses dans leur contexte. La déclinaison d’une offre d’emploi n’a pas le même impact – ceci dépend partiellement du timing de votre rejet. Si vous déclinez une offre d’emploi au tout début du processus, la gêne est moins ressentie comme si vous déclinez en fin du processus de recrutement. Le plus vous tardez dans l’avortement, le plus ce dernier devient compliqué.
Une deuxième variable réside dans la manière avec laquelle le rejet de l’offre d’emploi se fera. Il y a plusieurs façons pour décliner une offre. La diplomatie est nécessaire afin de ne pas blesser l’égo de l’entreprise offrant le poste en question. Montrez le respect que vous portez à l’entreprise en question ainsi que l’honneur ressenti vis-à-vis de leur invitation ou offre finale. Décliner une offre dans le respect et la considération passe mieux.

Comment le collaborateur peut-il être sûr qu’il a fait le bon choix ?
Ceci dépend essentiellement de son propre projet professionnel. Un bon choix pour une personne peut représenter un mauvais choix pour une autre. La trajectoire de carrière diffère d’un collaborateur à un autre. Les critères de choix varient en conséquence. Les éléments standards à vérifier sont : le type de contrat, la composition du salaire d’une part et du package de rémunération globale d’autre part, les clauses contractuelles (non-concurrence, mobilité géographique et/ou fonctionnelle, etc.), sa relation avec son employeur actuel et son ancienneté cumulée, l’avenir de l’entreprise actuelle comparé à celui de l’entreprise cible, le secteur d’activité, les opportunités d’évolution, le développement personnel et professionnel lié à chaque expérience, etc.

Y a-t-il une possibilité de faire marche arrière après un rejet d’une offre d’emploi ?
Il y a toujours une possibilité de faire marche arrière après un rejet d’une offre d’emploi. Seulement, ceci est rarement bien pris. Il faudra faire preuve de beaucoup de délicatesse en justifiant le retour sur votre décision initiale de rejet d’offre d’emploi. Par exemple, la disparition soudaine d’un obstacle qui vous empêchait de joindre l’entreprise qui vient de vous faire l’offre, comme l’accord de votre employeur actuel pour vous libérer d’une clause de non-concurrence, ou de remboursement d’une formation coûteuse dont vous avez bénéficié, ou d’une contrainte géographique qui se posait au début, etc. L’essentiel est de ne pas avancer d’autres arguments que ceux mentionnés pour justifier votre rejet initial. Être honnête, sincère et diplomate sont des qualités fortement recommandées.

Nadia DREF

Lematin.ma

 
Poster un commentaire

Publié par le février 2, 2012 dans Emploi et Carrière

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

10 erreurs et pièges à éviter lors de son entretien d’embauche

Ci-dessous un une  vidéo vous présentant 10 erreurs et pièges à éviter lors de son entretien d’embauche. Elle est très intéressante à voir !!

………..La video ICI…………

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 25, 2012 dans Emploi et Carrière, Vidéos

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

L’entretien annuel ou comment parler à son patron ?

Un entretien annuel, ainsi que son nom l’indique, c’est une fois l’an. Il ne s’agit donc pas de rater cette occasion de dire ce que vous avez à dire. Mais sachez vous préparer pour être entendu.

L’entretien annuel, cet instant où votre dur labeur de l’année va être évalué au travers de critères mis sur impressions papiers, fournis par le département des Ressources Humaines. Vous allez, enfin, pouvoir aborder les points majeurs, à savoir le salaire, les perspectives, les responsabilités passées et à venir peut-être, les éventuelles formations etc …

1 – Mettez sur papier tous les points importants que vous souhaitez aborder. Inutile de vous y prendre la veille. Cela ne serait pas d’une grande utilité dans la mesure où il s’agit du travail d’une année.

2. – Songez qu’il s’agit d’un échange. Il n’est pas bienvenu de vous répandre –et encore moins de vous plaindre !- mais vous n’êtes pas là non plus pour écouter sans réagir. Parlez d’adulte à adulte, avec respect, posément, et limitez votre champ oral à celui du travail. Pas de plaintes, donc, pas de critiques, pas d’attaques. Si vous rencontrez une difficulté, proposez une solution dans le même temps que vous avancez le défaut de fonctionnement. Laissez votre interlocuteur s’exprimer sans vous justifier, sans vous indigner. Pensez à évoquer des moments concrets et positifs de votre action.

3 – Si votre patron vous fait une proposition de poste, de salaire, de responsabilités différentes, ne perdez pas de vue que vous n’êtes nullement contraint de donner votre réponse sur le champ. Accordez-vous le temps de la réflexion. Il n’est jamais très positif de prendre des décisions dans un moment d’urgence. Si votre patron vous oppose un refus sur une de vos demandes, osez demander les raisons de ce refus. Avec courtoisie, s’entend. Si votre patron est satisfait de votre travail, pensez à négocier d’autres avantages, avec diplomatie.

4 – Si votre poste ne vous satisfait pas pleinement, expliquez en quoi vos talents pourraient être exploitables par ailleurs. Attirez l’attention sur ce que vous savez faire, vos missions réussies etc …

5 – Pour négocier votre augmentation, demandez-vous ce que votre travail apporte à la société, quelle est votre marge de progression, quelles responsabilités supplémentaires vous pourriez prendre afin de prétendre à un meilleur salaire.

Notre conseil

Inutile de vivre cet entretien comme un oral du baccalauréat. Eliminez le stress. Pensez uniquement à demeurer positif et conscient des contours que suppose votre fonction/poste.

L’Equipe de ReKrute.com

 
2 Commentaires

Publié par le janvier 18, 2012 dans Emploi et Carrière

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :